le recueil Index du Forum
 
 
 
le recueil Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Chapitre 1 : Sirens

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le recueil Index du Forum -> Yaxuna -> Y-Tech
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Plume
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2013
Messages: 27
Ressources: 63
Capacité: 2,33

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 12:58 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

Calme réactif...

Y-Tech, Batiment A

Reste : 4 post pour Garen ; 5 pour Karam


Il suffit que l’ingénieur montre son code au robot pour que celui-ci le laisse rentrer. L’étudiant aurait eu des ennuis s’il n’avait point été accompagné : le bâtiment A servait uniquement aux travailleurs, la clientèle –et donc tout individu extérieur à la société Y-Tech- n’avait le droit d’y pénétrer.

On aurait pu croire que la folie aurait régné en ce lieu, mais pourtant, rien de ce qui s’y passait ne semblait en indiquer la moindre présence. Le Hall, grand et magnifique, était propre. Les individus y marchaient : personne ne courrait. La tête haute, on pouvait voir que le plafond disposait d’un art tout particulier, appelant à des formules. En quelques endroits, on trouvait des présentations de divers projets en cours. Dans un coin était proposé aux travailleurs de participer à des conférences sur la technologie : celles-ci étaient considérées comme du temps de travail et permettaient de continuer d’apprendre soi-même et à autrui. L’intérieur était coloré entre la pureté du blanc et l’argenté métallique, appel à l’image de l’énergie et des drones. On pouvait trouver des indications sur la localisation des différents secteurs d’activités, mais l’ingénieur n’avait point besoin de s’y référer pour retrouver son bureau.

Aux yeux de l’étudiant, bien évidemment, ici tout irait bien… mais l’ingénieur savait que le calme n’était point réel : la réaction de ses compatriotes était exacerbée, tous étaient à l’affut. Songea-t-il à ce qu’il se passerait si on voyait qu’il avait amené un extérieur dans le hall ? Et que se passerait-il s’il l’amenait proche du réacteur : ce pouvait être un traitre… mais y songeait-il seulement, animé par l’envie de sauver les bas-fonds dont la situation était écrite sur l’écran amenant la situation. Celle-ci était préoccupante, on arrivait encore à leur fournir de l’énergie mais bientôt, le noir serait complet.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 13 Mar - 12:58 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Garen Harrington


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 15
Code: 729-748-992-678-570
Emploi: Ingénieur énergéticien
Ressources: 17
Capacité: 1,13
Fiche Officielle: http://le-recueil.xooit.fr/t13-Garen-Harrington.htm

MessagePosté le: Ven 15 Mar - 10:36 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

Le voyage ne fut pas de longue durée, Garen connaissant parfaitement bien le trajet jusqu'à son travail. Il l'aimait énormément. C'était simple, pour lui, il y était doué et compétent, apprécié, utile...Non vraiment il s'y sentait bien. Et de savoir que quelque chose était venu troublé ce havre de paix et d'intelligence lui donnait une sorte de nœud dans l'estomac. Même sans penser à tous ces pauvres gens des bas-fonds qui devaient potentiellement se retrouver dans le noir. Il n'osait imaginer la frénésie qui devait avoir lieu là-bas. Rien qu'à voir comment la situation avait tournée dans le parc, il semblait difficile d'espérer que là-dessous, avec la même alarme inquiétante mais en plus les lumières qui flanchaient, les gens ne soient pas encore devenus plus fous. Garen n'aimaient pas trop les gens. La plupart du temps ils étaient un peu...stupides. C'était un autre point qu'il aimait à Y-Tech. Tout le monde était sensé. Il avait hâte d'y être en fait, et de pouvoir régler au plus vite cette situation pour que le calme revienne. Quand il descendit de moto, la petite boule métallique flottante qui lui était si familière l'attendait. Les lignes d'énergie qui la parcourait étaient bleu, signe que tout allait bien, mais il se doutait que Zilwicki ne devait pas être très content.

*Ne bougez plus! Je dois faire un diagnostic le plus vite possible.*

L'ingénieur se tint immobile quelques instants. Quand il était comme ça, mieux valait ne pas discuter avec le robot. Il commença d'ailleurs son office, émettant un fin cône de lumière bleu capable de discerner la moindre anomalie dans le système de son protégé.

"Zil, ça c'est Victor. Victor, voici Zilwicki. C'est ma nounou. Ne fait pas attention si il ne te répond pas, il n'est pas toujours très sociable..."

*Détection terminée. Vous êtes en parfaite santé. X soit loué.*

"Tu vois je te l'avais dit qu'il n'y avait pas besoin de te faire du soucis. Allez viens petit."

Le robot repris la place qui était la sienne, flottant silencieusement près de son humain. Juste avant de montrer son code et de passer la porte, Garen réalisa tout de même qu'il était en train d'introduire un élément étranger dans ses bureaux qui bénéficiaient tout de même d'un niveau d'accréditation assez élevé. Quelques règles rapides s'imposaient. Vu la merde ambiante, personne ne devrait lui reprocher quoi que ce soit mais mieux valait que le garçon ne fasse pas trop de bêtises... Il se retourna donc pour prendre Victor par les épaules, et le fixer les yeux dans les yeux.

"Hum...écoutes moi gamin. On va mettre les choses bien au clair. Tu n'as pas le droit d'entrer ici. Si tu y provoques le moindre soucis, ça voudra dire beaucoup de problèmes pour nous deux. Et en fait principalement pour toi, parce que je suis utile moi ici. Donc j'espère que tu vas bien comprendre cette phrase simple. NE-TOUCHE-A-RIEN. Absolument rien. Tu restes juste là, à 20 cm derrière moi, tu ne parles à personne, tu ne fais rien et surtout surtout, tu ne touches à rien. Je ne veux pas te laisser dehors vu ce qui s'y passe, mais je ne veux pas non plus avoir de soucis. C'est compris?"

*Je garderais un senseur sur lui Sir*

Il attendit un vague consentement de son interlocuteur avant de montrer son code et d'entrer dans les locaux. Haaaaaaaa il s'y sentait bien. Tout y était beau, épuré, propice à la concentration et au travail intellectuel. Il s'y sentait presque mieux qu'à la maison. Et la belle réaction de ses habitants! Certes on sentait qu'il existait une tension dans l'air. Chacun avait l'air plus affairé qu'à la normale. Mais dans l'ordre, l'efficacité. Rien à voir avec le chaos extérieur! Bon allez, il était temps de se mettre au travail. Garen repéra bien vite un de ses collègues, et l'interrompit dans sa course. Il avait besoin d'informations.

"John!!!Hey Johnny!!! Je suis venu ici dès qu'on m'a dit la raison de la sirène. Qu'est ce qui se passe? Tout se passait bien à dix-sept zéro zéro quand j'ai finit ma journée. C'est quoi ce bordel avec les bas-fonds. Et surtout, qu'est ce que je peux faire pour aider?"


Revenir en haut
Karam Tänsen


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 12
Code: 432-953-GG-A-832-X
Localisation: Imbroglio
Emploi: Etudiant en Art Religieux
Ressources: 15
Capacité: 1,25
Fiche Officielle: http://le-recueil.xooit.fr/t14-Karam-T-nsen.htm

MessagePosté le: Mar 19 Mar - 20:41 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

Karam, alias Victor, apprécia beaucoup le voyage en moto. Les cheveux dans le vent, le vent dans le casque, c'était tout de même autre chose que de marcher ou prendre le métro. C'aurait pu être une chouette balade... S'il n'y avait pas eu ces gens paniqués, tout autour. Et si Karam n'avait pas été aussi tendu. Parce que bon, quand même, le Monsieur devant lui, il le connaissait depuis relativement peu de temps, et déjà il devait lui faire confiance sur sa conduite, sur la suite des événements. Il était tendu, sans le vouloir, à cause des gens. Il était tendu à cause du virage trop sec. Il était tendu à cause de l'image d'Y-Tech qui se rapprochait, de plus en plus. Il craignait de ne pas pouvoir rentrer, malgré la présence de Garen. Il aurait fait tout ça pour rien et aurait dû rentrer chez lui, comme tout le monde, sans avoir pu un jour durant être lui. Lui, le mec qui voit la chose au bon moment, qui vit la chose que ses camarades ne vivent pas. Lui qui pourra crâner à l'école avec l'image de Garen au travail. Lui qui pourra dire "pendant que vous pleuriez vos mères, je visitais l'Y-Tech". Et ça, c'était une occasion à ne pas manquer. Si une partie incontrôlable de lui tendait ses muscles et le rendait nerveux, une autre partie s'impatientait, exultait et trépidait. Il savait qu'il avait une chance inouïe. Son petit coeur battait un plus fort que d'habitude.

Mon étudiant mit pied à terre en même temps que Garen. Et là, surprise, il vit une petite boule métallique venir vers eux. Euh ? Ennemi ? Mini-bombe ? Ils allaient exploser ? C'était peut-être l'origine du trouble !
...Bon, ok, c'était la "nounou" de Garen. Karam osa respirer à nouveau, un peu amusé par le fait que le Grand Héros Garen ait besoin d'un petit robot pour veiller sur lui. Notre Victor improvisé s'apprêtait à suivre à nouveau son guide, lorsqu'il se demanda si ce Zilgwigwi n'était pas une sorte de camera de surveillance mobile et centrée sur Garen. Karam décida alors de marcher à côté de Garen, mais, mh, le plus loin possible du petit robot, qui lui semblait un peu louche. C'est alors que Garen le prit par les épaules.

"- Roh, t'inquiète, je sais me tenir ! Dépêche-toi !"


Répondit-il hâtivement, presque en poussant Garen vers la porte. Presque. Puis bon, il vous avouera volontiers plus tard que OUI, Garen avait bien fait de dire cela, car il mourrait d'envie de tripoter les murs, les objets, les machines devant lesquels ils passaient. Ne serait-ce que pour se rendre compte de la réalité des choses. Mais il avait dit à Garen que, alors bon. Et puis, il y avait ces regards qu'il sentait méfiants et prêts à l'étrangler au moindre mouvement suspect. Alors bon, il se tenait à carreau.
Il laissa Garen retrouver son pote, et en profita de son côté. Il était temps de mettre à profit sa montre. Avec toutes les ressources qu'elle lui avait coûté, il pouvait bien l'utiliser !

"CLIC."

Le "clic" discret d'un flash de téléphone. Sauf que c'était la montre de Karam, qui prenait quelques photos de lieux, et de Garen et Johnny. Avant même qu'on puisse lui faire remarquer quoi que ce soit sur ces photos, Karam élargissait l'écran de sa montre, de la taille d'une petite tablette tactile et, tirant de son casque un stylet, commençait à esquisser la scène devant lui.
(Si tu bouges, il te suivra. Toujours en prenant d'actives notes/photos, tel un touriste asiatique.)
 


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plume
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2013
Messages: 27
Ressources: 63
Capacité: 2,33

MessagePosté le: Ven 22 Mar - 19:51 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

Johnny avait passé une mauvaise journée. Elle avait bien débuté pourtant… Se levant de bonne humeur, il avait pu accomplir son travail sans le moindre souci. Il avait dominé de toute sa stature les problèmes qu’il avait à résoudre. Johnny n’aimait point l’échec et réussir le rendait heureux… Pourtant… Pourtant la deuxième partie de sa journée semblait destinée à lui rappeler ce fait. Premièrement, il avait eu une déboire avec un collègue de la section robotique qui déclarait que lui et ses collègues –mais il se sentait surtout concerné par le « lui » et le fait qu’insulter toute sa section était une insulte au bien qu’ils essayaient d’atteindre pour la société- étaient non fiables. Le grand blond n’avait point aimé cette théorie et s’était évertué à défendre son collègue. Johnny était fier d’appartenir à son unité et il comptait bien y rester, gravissant les échelons peu à peu.

Puis, la journée déjà devenue plus maussade –car il n’avait pas réussi à sauver leur honneur- arriva à 17h. Une partie de ses collègues s’en retournèrent à leur temps de loisir : lui finissait à 19 heures. A 17h48, Y-Tech était déjà en effervescence. Celle-ci avait commencé à 17h39 lorsque l’anomalie se présenta. Sept minutes durant lesquelles on paniquait pendant que les hautes instances entraient en relation avec l’Ynstitution. Attendant dans son bureau les ordres, Johnny sentait son cœur battre si vite ! L’unité du réacteur était la plus concernée par l’anomalie. A 17h46, cela faisait déjà 1 minute qu’il avait reçu ses ordres. La panique avait été remplacée par un stress positif calme et grave. Chacun savait aujourd’hui qu’ils avaient l’occasion de briller… ou le contraire.

Quand Johnny croisa Garren, il était malmené entre deux sentiments. D’un coté, il était fier de son travail mais, d’un autre coté, une saveur d’insatisfaction lui restait en travers de la gorge. Le problème n’était toujours pas réglé, l’anomalie demeurant sans que l’on sache comment la résoudre… mais on avait si peu d’informations…. Ainsi, il entendit son collègue l’apostropher. Garren Harrington, son collègue spécialisé dans les réacteurs comme lui ! Il avait été là ce midi avec lui, devant cet idiot de la robotique qui désormais ne servait encore plus à rien. Les questions de Garren restèrent entrèrent en stand by dans son esprit embrouillé. Il le saisit par l’épaule et l’entraina à sa suite, ne faisant même pas une seule seconde attention à Karam qui se trouvait juste derrière. Il marmonnait quelque chose qui ressemblait à « Garren, tombez bien… anomalie… » il continua ainsi jusqu’à leur bureau, ouvrant avec son code chacune des portes.

Arrivé à leur bureau, il s’assit et montra les mesures.

« On perd de l’énergie… elle est aspirée à l’extérieur » -et tout le monde savait ce qu’il y avait à l’extérieur : absolument rien… le vide, le néant. Un désert sans vie et sans air tant celui-ci était pollué…. La lumière elle-même n’y existait point. « et on a du modifier les valeurs. Les robots sont allés vérifier ce qu’il se passe : à priori c’est un mauvais circuit… un mauvais circuit !!! Qu’ont fait nos ancêtres, par X… mais voilà, l’énergie détournée provient des bas fonds… On a réussi à faire en sorte que de l’énergie y demeure assez pour que le noir ne soit pas total mais… » il ne finit pas sa phrase, se massant les yeux… cela indiquait quand il s’agissait de Johnny que cela risquait d’empirer s’ils ne trouvaient pas un moyen d’y générer de l’énergie rapidement.

Il ne faisait toujours pas attention à Karam, trop concentré qu’il était…


Revenir en haut
Garen Harrington


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 15
Code: 729-748-992-678-570
Emploi: Ingénieur énergéticien
Ressources: 17
Capacité: 1,13
Fiche Officielle: http://le-recueil.xooit.fr/t13-Garen-Harrington.htm

MessagePosté le: Mar 9 Avr - 14:25 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

La situation était critique. Invraisemblable semblait d'ailleurs plus approprié. Parler d'anomalie dans le réacteur était un doux euphémisme. Johnny avait eu l'air plus ou moins soulagé de le voir, et cela avait conforter Garen dans son idée de revenir. Toutes les bonnes volontés seraient bonnes à prendre. Son "ami" scientifique l'avait promené jusqu'à son bureau, ouvrant toutes les portes et sécurités sur leur passage grâce à son code. Pendant ce trajet Garen était profondément absorbé par les possibles implications d'un problème dans la source d'énergie de la cité, seulement très vaguement dérangé par de petits pics lumineux qui ne devraient pas être là. Par un petit bruit mécanique qui n'avait pas sa place dans cette enceinte. Par un genre de griffonnement qui ne lui était pas familier. Mais il relégua ses informations au bas de sa liste de priorités pour l'instant, le notant juste dans un coin de sa tête.

Quand il se retrouva devant les informations réelles, son monde s'écroula. C'était catastrophique. On manquait d'énergie. Pour quelqu'un comme lui, cela se traduisait tout de suite en quelque chose de réel et de terrible.

"Mais c'est horrible...Des gens dans le noir, privé de tout...Les pauvres, ils doivent être complètement fous en bas. J'espère qu'on va vite voir d'où provient le soucis sinon ça va être horrible. Il faudra priver certains quartiers de tout confort de base...Peut-être organiser une production tournante..."

"Ho ça va encore, justement pour l'instant le problème se limite aux pauvres. Ce n'est que dans les Bas-Fonds. Mais imagine si ça se propage! A des gens importants et tout. Non ça, ce serait terrible! Il faut régler ça avant que ça devienne vraiment problématique!"


Bon. Dire que Garen était choqué aurait été un peu faible. Comment pouvait-on hiérarchiser ainsi les gens! Et puis on était tous dans la même galère que diable, vu la nature du soucis, ce ne serait de toute façon pas limité aux bas-fonds! Qu'est ce que c'était que cette mentalité de mer...

Le petit bruit, la lumière, le gratouillis. Tout à son choc, il venait tout de même de recadrer ce qui passait. Et posa ses yeux sur Victor. Il n'en revint pas. Bon ok il l'avait oublié. Ok ce gamin se trouvait maintenant à un endroit où il n'avait strictement rien à faire. Ok il était renseigné sur l'état d'urgence de la situation beaucoup plus qu'il n'aurait du. Et dans un sens il avait suivi ses conseils, il n'avait touché à rien. Il s'était fait presque invisible. Mais il n'était quand même pas en train de prendre DES PHOTOS d'un des endroits les plus secret de la ville? Il n'était quand même pas si stupide? Avait-il envie de finir lobotomisé? Et peut-être, d'emmener Garen avec lui dans sa chute? Si 'était le cas il allait être déçu. Il laissa Johnny encore contemplatif du désastre, et se hâta de régler ce problème qui, si il semblait moins urgent et problématique, le concernait lui directement.

Victor semblait tout entier consacré à sa besogne, aussi il ne réagit pas vite quand la poigne ferme se referma sur lui. L'homme en forme qu'était Garen n'eut pas trop de mal à traîner le garçon chétif hors de la pièce, et il le plaqua sans trop de ménagement contre le mur. Il tenta de contenir sa colère intérieure, dirigée contre les imbéciles qu'ils soient scientifiques de haut niveau tel que lui, mais complètement insensible à la souffrance d'autrui, ou gamin croisé quelques secondes auparavant dans la rue et ne comprenant pas la merde dans laquelle il était en train de se mettre. Il parvint à ne pas hurler, habitué qu'il était à rester maître de lui-même en toute circonstance, mais toute personne les croisant ne pouvait ignorer qu'il n'était vraiment pas content. Mais alors pas du tout.

"Dis moi espèce de petit crétin, t'as l'intention de nous faire tous les deux régresser à l'état de légumes seulement obnubilés par le travail ou quoi? ça ne t'es pas venu à l'esprit que tu n'avais déjà pas le droit de te trouver ici? Et que du coup prendre des photos..."

La suite de la phrase avait du mal à ne pas sortir à haut volume, mais le calme avec lequel elle était prononcé se devait de n'être que plus terrifiant encore...

"Des putains de photos...Était genre, la pire idée que tu pouvais avoir? Remettons les pendules à l'heure. Je ne te connais pas. Je ne sais pas qui tu es. Et si tu fais le moindre mouvement suspect, si j'ai le moindre soupçon que tu aies quoi que ce soit à voir avec ce qui se passe en ce moment, que tout n'était qu'un plan pour te permettre d'entrer ici, je t'assure que tu n'arrivera pas entier devant la cour. Si tu as seulement éludé un semblant de vérité sur ton chemin jusqu'ici..."

Il inspira un grand coup.

"Je ne sais même pas ce que je serais capable de te faire. Voilà ce qu'on va faire. Tu vas effacer tout de suite tout ce que tu as pu voir et prendre d'ici. Ensuite tu vas aller dans le hall d'entrée où on était tout à l'heure, et tu ne vas pas bouger d'ici. Fais bien attention gamin. Je t'ai à l’œil."

Il avait d'autre chat à fouetter. Mais si il laissait cet...inconnu en fait, vagabonder à sa guise dans les bâtiments, qui savait ce qui pouvait en résulter? Et puis d'ailleurs il avait l'air d'un gamin mais si ça trouvait...Il brulait d'aller aider ses collègues à apporter la lumière dans les bas-fonds, mais si ça se trouvait il venait juste de faire entrer le renard dans le poulailler (bon ok...Personne ne sait ce qu'est un renard ou une poule...Mais si quelqu'un a une idée d'expression je suis preneur...). Son rôle maintenant était de s'assurer que ce truc n'était pas une menace. Et dans le cas contraire, de neutraliser cette menace, et vite.

[HRP : Je n'ai pas moi-même détruit ou effacer aucun de tes trucs parce que bon ça se fait pas. Mais ne doute pas une seconde que toute l'attention de Garen est sur toi, et qu'il ne te lâchera pas avant d'être bien sur que tu as tout effacé. Non mais vraiment je te jure...Les jeunes de nos jours!]


Revenir en haut
Karam Tänsen


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 12
Code: 432-953-GG-A-832-X
Localisation: Imbroglio
Emploi: Etudiant en Art Religieux
Ressources: 15
Capacité: 1,25
Fiche Officielle: http://le-recueil.xooit.fr/t14-Karam-T-nsen.htm

MessagePosté le: Mar 9 Avr - 17:11 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

En effet, Karam dessinait sagement, n'écoutant que d'une oreille, lorsqu'il se fit attraper, et emmener en dehors de la pièce. Il avait l'impression d'émerger d'un rêve, un peu trop brusquement. Que se passait-il ? Il n'avait pas trop compris. Ca y est, ils allaient enfin pouvoir sauver le monde ?
Sans ménagement, Garen le plaqua contre le mur. Le coquinou ! Il n'y pensait quand même pas..? Pas là, en public ! Au pire, il y avait du monde, Karam pourrait crier. Tout de même Garen pouvait y aller plsu doucement: le Karam était fragile, il avait senti une douleur le lancer lors du choc de ses omoplates contre le mur. Puis ce fut le moment de la beuglante. Même si Garen ne criait pas, mon grand gamin percevait sa voix comme un cri. Peut-être parce qu'il ressentait la colère de son "camarade", peut-être parce que cedit camarade mesurait 1.5 fois sa taille et avait le double de muscles...

Karam n'était déjà pas du genre à regarder les gens dans les yeux en leur parlant, toujours passionné par un autre détail dans le décor. Mais lorsqu'on l'enguirlandait... A aucun moment il ne regarda Garen. Tête basse, il écoutait, cependant. Ca ne lui plaisait pas qu'on lui parle de ses erreurs, comme ça, que ce soit un prof d'art ou un parfait inconnu. Il éteignit sa montre, aussi discrètement et rapidement que faire se peut. Il entendit Garen le traiter de crétin, lui reprocher de prendre des photos, remettre en question la confiance qu'il lui avait accordée... Bon sang, il était obligé de parler comme ça ? Karam détestait les gens incapable d'expliquer simplement les choses et qui préféraient s'énerver. Puis il aimait pas les insultes. Puis il aimait pas qu'on critique sa façon de travailler. Puis...

Quand Garen termina enfin de parler, il y eut quelques secondes de silence durant lesquelles Karam vérifiait que c'était bien son tour. Il osa enfin regarder le visage de Garen. La colère lui allait vraiment mal: on aurait dit un boeuf. Le pauvre Garen... Il devrait savoir pourtant que la façon dont on traite les artistes influence leur travail. Mon ado le repoussa, sans forcer, d'une petite main. Puis il parla, d'une voix plus basse que d'ordinaire:

"-Ecoute, je suis pas responsable de ce qui s'est passé, ok ? C'est pas la peine de me parler comme ça. J'suis petit, certes, mais j'suis pas demeuré, je comprends très bien lorsqu'on me parle normalement."
Sa voix était d'ailleurs très posée, très neutre. Peut-être parce que, lorsque l'on est petit, on sait qu'il est inutile de chercher à avoir la plus grosse... voix. "Ensuite, je te rappelle que c'est toi qui m'a dit de venir tirer ton portrait. Est-ce que je peux savoir comment je suis censé te glorifier en restant dans le hall d'entrée ? De plus, je ne suis ni un robot ni un fou: je ne peux pas dessiner une scène uniquement de mémoire, sauf si tu la veux très floue."

Il alluma à nouveau sa montre, chercha les photos.

"- Tu crois vraiment que j'allais faire le kékos et montrer les photos à tout le monde ? J'tiens autant à la vie que toi. Seulement moi j'en ai besoin, et si elles restent dans un coin de mon ordinateur, je ne vois pas le souci. Je supprime, alors ? C'toi qui voit, hein. C'est ton dessin."

Il obéit ensuite sagement à l'ordre de Garen, sans faire de commentaire -sauf si le regard noir compte comme un commentaire

"- J'ai le droit de prendre des notes, tout de même ?"

Demanda-t-il, un peu rauque, en s'armant de la fonction "dessin" de la montre.

"- Bon... On fait quoi ?"

Visiblement, l'option "aller dans le hall" n'était pas prise en compte par son petit crâne, tout comme l'option "se séparer". En même temps, vous voulez quoi, qu'il sorte et rentre chez lui, en mode "tout est normal, il s'est rien passé" ? NAN. Il était trop fier pour laisser tomber, trop opportuniste aussi. Il allait quand même pas laisser la célébrité s'envoler, et laisser à Garen la satisfaction de s'être fait obéir ! Marre de ses gens qui voient les artistes comme des larbins !
 


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Garen Harrington


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 15
Code: 729-748-992-678-570
Emploi: Ingénieur énergéticien
Ressources: 17
Capacité: 1,13
Fiche Officielle: http://le-recueil.xooit.fr/t13-Garen-Harrington.htm

MessagePosté le: Mar 23 Avr - 13:16 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

Durant tout le coup de gueule de Garen le gamin avait réagit exactement de la manière dont est sensé réagir un enfant. Il avait regardé ses pieds, boudant à moitié, comme si les reproches qui lui étaient adressés étaient parfaitement injustifiés et qu'il n'en avait cure. Quand ce fut à son tour de parler, il repoussa son imposant interlocuteur d'une petite main timide, afin d'avoir un peu d'espace, ce que l'ingénieur lui concéda sans discuter. Mine de rien il était au moins aussi responsable de l'avoir laissé entrer. Victor avait décidé de la jouer pseudo mature et responsable genre "oui j'ai pris des photos d'un des endroits les plus secret et sécurisé de la ville mais ho c'est bon, je suis pas débile, j'allais pas les montrer à tout le monde. Et puis bon comment veux-tu que je travaille sur du rien hein?"

Point somme toute défendable. Mais la graine du doute avait été semée dans l'esprit de Garen, et sans vouloir immédiatement immobiliser cet enfant d'apparence inoffensive, il ne pouvait maintenant plus ignorer qu'il ne le connaissait que depuis moins d'une heure. Une heure de crise certes, mais un temps affreusement cour tout de même. Visiblement assagit par la leçon de morale, le gamin réagissait exactement comme il lui avait été demandé, tout en demandant la suite des évènements. Le raccompagner dans le hall serait une perte de temps stupide. Et sans vouloir céder à son penchant mégalomaniaque, il se voyait encore moins bien expliquer la présence de cet intrus seul qu'à ses côtés.

"Bon allez viens avec moi. Il est temps d'aller voir les pontes."

Il allait avoir un oeil très affuté posé sur ce jeune garçon. Au moindre acte suspect, il fallait qu'il réagisse vite. Et il était de toute façon hors de question de la laisser aller plus loin que les bureaux, ce qui était déjà trop loin. Laissant Johnny à ses préoccupations devant les résultats catastrophiques, il prit la décision d'aller directement voir la personne influente des lieux, à savoir son supérieur hiérarchique, qui saurait évidemment utiliser ses compétences au mieux pour résoudre cette crise sans précédant. Il enfila quelques couloirs, monta un escalier, et marqua une pause devant la porte du bureau. L'homme était probablement assailli de sollicitations informatiques de toutes parts, mais il fallait absolument que Garen prenne des ordres de quelqu'un capable de lui en donner. Il n'aimait pas l'improvisation, cela menait bien trop souvent au désastre. Et le peu qu'il avait improvisé aujourd'hui, et qui le suivait à l'heure actuelle avec des yeux trainant partout fort gênant, était potentiellement déjà une catastrophe assez énorme.

"Reste contre le mur là. Il ne vaut mieux pas que trop de gens te voit. Et surtout arrange toi pour que personne ne sache que tu existes..."

Un dernier petit bout d'air pour prendre du courage...Il frappa à la porte simplement par politesse, ouvrant sans attendre de sollicitation.

"Monsieur, Ingénieur Harrington. Je suis revenu après la fin de mon service sans attendre pour aider à résoudre cette crise majeure au mieux de mes capacités. Dites-moi où mes compétences seront le plus utile que j'y aille sur le champ."

Au moins c'était clair.


Revenir en haut
Plume
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2013
Messages: 27
Ressources: 63
Capacité: 2,33

MessagePosté le: Ven 26 Avr - 14:37 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

*Monsieur ?* se demanda l’Ingénieur Cadre de statut Beta de Y-Tech, plus haute personne hiérarchisée de la pièce.

Dans le bureau se trouvait quatre personnes, dont seules trois étaient visibles par Garen. La première était un grand balaise. De statut Gamma, il avait un début de calvitie visible. Habité par une bonne quarantaine d’année, sa musculature semblait serrée dans sa blouse si bien qu’on avait l’impression que celle-ci allait exploser. Chacun de ses mouvements avait l’air bloqué… se pouvait il qu’il se sente en permanence entravé par des chaines et apprécie ça ? De nombreuses rumeurs sur les tendances sexuelles de l’Ingénieur Cadre Jason de statut Gamma circulaient entre les couloirs.
Un petit bruit se fit entendre : c’était les lunettes de la deuxième personne. De statut Gamma également, Merlin était un vieillard dont le dos craquait au fur et à mesure qu’il se baissait pour les ramasser. A l’inverse de son camarade de statut, Merlin était un homme dont la douceur donnait une bonne réputation…. Sauf si on considérait que sa fille était montée en grade grâce à lui… mais certains en doutaient. Quoi qu’il en fût, il était alors trop occupé à se baisser en se tenant au bureau pour pouvoir regarder Garen.
La troisième personne était un Johnny en plus ambitieux. Habillé de façon à cacher sa maigreur, Hadrien était un Ingénieur Cadre de statut Gamma qui était connu pour son sérieux… et son boulimique. Comment pouvait-on être boulimique dans ce monde ? Aurait-on pu songer… et bien il se faisait vomir dans les toilettes… Il en résultait qu’il était toujours de mauvaise humeur, toujours occupé et toujours en proie à une colère où il s’exprimait sur l’incompétence du monde…. Compétent, lui ? Certainement… mais d’une humanité limite inexistante….

Enfin, l’Ingénieur Cadre de statut Beta se fit remarquer. Par un léger toussotement : et bien oui, puisque la porte avait bloqué la personne contre le mur. Garen était sans doute un peu trop enthousiaste… Dès lors, la porte fut légèrement entrouverte et en sortit Morgane, fille de Merlin. Certains manquaient de respects envers elle car ils ne croyaient pas qu’elle puisse être arrivée là seule... Leurs opposants signalaient alors son statut supérieur, délimitant que c’était pour ses propres capacités qu’elle avait acquis ce poste. Puis, les premiers signalaient que la femme n’était pas trop moche et que, d’une grande taille, elle avait des hanches pour porter un enfant et les seins pour l’allaiter... Signe qu’elle pouvait avoir eu une autre forme d’avancement…

Quoi qu’il en était ou que Garren pu croire, celle-ci rehaussa ses lunettes –car sa vue était aussi mauvaise que celle de son père- et elle le fixa. Elle avait une voix pincée quand elle déclara :

Ingénieur Harrington, vous vous trouvez en ce lieu en dehors de vos horaires de travail et ceci est intolérable !!! Cette information sera renseignée dans votre dossier et vous aurez une sanction !

Derrière elle, l’Ingénieur Cadre Jason de statut Gamma se mit à sourire pendant que l’Ingénieur Cadre Hadrien de statut Gamma encourageait une punition. Alors que Garen semblait légèrement –déçu ? Allait partir ? Pourquoi se poser la question en fait se demanda l’Ingénieur Cadre Morgane de statut Béta - elle continua encore plus fort :

Cependant, puisque vous êtes ici : rendez vous utile ! Prenez ces plans et amenez les auprès de vos collègues !!! Qu’ils puissent travailler ! Et ensuite, revenez à la porte du bureau et attendez dehors : l’ingénieur cadre Jason de statut C viendra vous parler !!! Qu’attendez-vous : prenez les plans et partez ?!

La patience ? Ah… oui, c’était pas vraiment la plus grande qualité de l’Ingénieur Cadre Morgane de statut Beta…


Revenir en haut
Garen Harrington


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 15
Code: 729-748-992-678-570
Emploi: Ingénieur énergéticien
Ressources: 17
Capacité: 1,13
Fiche Officielle: http://le-recueil.xooit.fr/t13-Garen-Harrington.htm

MessagePosté le: Ven 7 Juin - 10:32 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

Bon soyons honnêtes, la première réaction de Garen fut une pointe de déception. Dans sa tête, la situation ne devait pas vraiment se dérouler comme ça. Déjà il y avait trop de monde dans ce bureau. Trois personnes, c'était deux de plus que ce qu'il avait espéré. La porte qu'il venait d'ouvrir bougea légèrement. Et la quatrième personne, encore moins attendue, montra son joli minois. C'était un ange magnifique, bien que légèrement contrariée. En même temps, l'ingénieur venait plus ou moins de lui mettre une porte dans la figure, ça ne met jamais de bonne humeur. Elle remonta ses lunettes, surplombait une magnifique chevelure de feu, ce qui ne lui donnait que plus d'allure, et remis Garen à sa place. C'est-à-dire qu'il n'avait absolument rien à faire là. En même temps, avec le recul, qu'avait-il vraiment espéré?

Mais peut importait à présent! Cette créature de rêve lui parlait, à lui. Et elle connaissait son nom! C'était trop beau. Et pour couronner le tout, elle venait de lui confier un travail! Il fallait qu'il transporte des documents, probablement extrêmement importants et vitaux même, à un autre de ses collègues. Et évidemment, une fois sa tâche achevée, il devait revenir ici. Elle ne pouvait déjà plus se passer de lui. Ho, et comme elle n'assumait pas ses sentiments, elle allait envoyer un de ses collègues pour lui parler, c'était trop mignon. Garen pris son air le plus sérieux en s'emparant des documents, qui devenaient maintenant son centre principal d'intérêt, et déclara avant de partir :

"Vous pouvez compter sur moi, ces documents arriveront à destination!"

Pour être honnête, le futur sauveur de la cité ne s'était jamais trop intéressé à la direction, aussi il ne savait pas lequel des trois autres était Jason. Il espérait que c'était le petit vieux, il avait l'air sympa. Mais sa tâche l'attendait, aussi il partit sur le champ. Sur le chemin, il entendait des trompettes dans son esprit à chacun de ses pas, qui étaient comme autant de petites briques montant le mur de la résolution de cette crise. Il arriva au bureau qu'on lui avait désigné la tête haute, l'air conquérant.

"J'ai des documents de première importance, de la part de la direction, à remettre de toute urgence."

On les lui arracha presque des mains. Avant de reprendre la route vers son prochain moment de gloire, Garen prit le temps de savourer le gout du devoir accompli. Il prit une pose héroïque, le torse fier, les mains sur les hanches, regardant au loin pour inspirer profondément. Il pouvait presque voir sa cape flotter au vent. Car les capes, c'est cool! Si Zilwicki pouvait avoir des sentiments, il aurait été consterné, mais le petit robot médical se tint coi.

Durant le chemin du retour, le scientifique reprit conscience du gamin qui le suivait partout. Ha oui, il y avait Victor avec lui. Les yeux de l'ingénieur brillaient d'excitation en imaginant les planches magnifiques que ce garçon pourrait faire après ce moment de bravoure! Il arriva de nouveau au bureau de la direction, mais n'ouvrit pas porte cette fois-ci. Point trop d'arrogance, la modestie était l'apanage des grands héros. Il attendit donc sagement devant la porte, dans une posture de repos. Il se fendit tout de même d'un commentaire auprès de son compagnon d'infortune.

"T'as vu comment c'était grave la classe ? J'ai vraiment eu raison de venir!"

Il espérait qu'il pourrait jeter un coup d'oeil furtif à sa nouvelle dulcinée.


Revenir en haut
Plume
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2013
Messages: 27
Ressources: 63
Capacité: 2,33

MessagePosté le: Mer 14 Aoû - 18:16 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

Ingénieur Cadre Morgane de statut Beta
Ingénieur Cadre Merlin de statut Gamma
Ingénieur Cadre Jason de statut Gamma



Quand la porte du bureau se referma à nouveau, la discussion que Garen avait coupée pu reprendre de plus belle… ou plutôt l’absence de discussion puisqu’en fait, ceux-ci se tenaient globalement coït depuis plus d’une trentaine de minutes. Or, l’entrée de cet ingénieur avait ramené la vie dans ces tristes locaux. Ils étaient obligés d’observer, et cela ne leur plaisait pas du tout… mais pas du tout ! L’Ingénieur Cadre Morgane de statut Beta s’assit à son bureau et passa sa main dans ses cheveux roux, tournillant une mèche autour d’un de ses doigts dans un reflexe enfantin sensé l’aider dans ses pensées. Elle n’aimait pas cette situation, elle n’aimait pas l’Ingénieur Cadre Jason de statut Gamma et encore moins l’Ingénieur Cadre Hadrien de statut Gamma… Que son père fut là la rassurait, mais il était tellement occupé à regarder le mur qu’elle savait qu’il rêvait déjà à une de ses préoccupations principales : les papillons… Et puisqu’il n’en avait jamais vu ailleurs qu’au musée, sa préoccupation se basait sur le fait de peindre des papillons… Oui, à observer sa main, il était déjà en train de tracer les contours, yeux fermés. Merci papa, dirait on…

Bon… Le plus important est la crise à régler. Nous, nous gérons l’énergie… et rien d’autre… Laissons le reste à quelqu’un de plus confirmé.

Il y avait un seul –et unique- Ingénieur Cadre de statut Beta dans chaque domaine de Y-Tech… Et leurs qualités étaient aussi importantes que leurs défauts. Un finirait par en parler puis ainsi de suite, ce serait elle, Morgane, qui se prendrait tous sur les doigts. Mais voilà qu’il fallait trouver un responsable tout de même : on se poserait des questions et il faudrait répondre… Et ce sera à elle de répondre car c’était elle la représentante. Oh, qu’elle n’aimait pas cette partie de son travail…

Dès que l’on sortira, vos équipes vous poseront des questions… Répondez-leur que c’est une anomalie due à nos ancêtres. Ceux-ci avaient laissé un défaut dans la cuirasse du bouclier de la ville et celui-ci vient de provoquer un disfonctionnement. La cité entière a subit le contrecoup de l’énergie nécessaire pour continuer l’activité du bouclier malgré ce court circuit… Dites ça, mot pour mot.

Son ton était sans appel et elle savait qu’ils le feraient… Garder les mêmes termes était important pour éviter au maximum les futures modifications établies par chaque mémoire des travailleurs. Et, puisque personne ne semblait avoir envie de parler, elle congédia tous et toutes à aider au mieux les opérations.

Ainsi, les deux ingénieurs qui ne partageaient pas d’allèles avec elle sortirent et passèrent devant Garen et Karam sans même faire attention à eux. Des bribes de leurs murmures parvinrent aux oreilles des deux protagonistes mais aucun ne purent comprendre de quoi il en retournait. Personne ne vint les voir eux : tous étaient bien trop occupés à entendre le discours, toujours le même, prononcé par les Ingénieurs Cadre de statut Gamma. Puis, ils repartaient à leurs activités… Au bout d’à peine quelques minutes, l’Ingénieur Cadre Merlin de Statut Gamma sortit à son tour. Le vieil homme les remarqua alors, au travers de ses lunettes. Il leur sourit et appela sa fille –bien sûr, en utilisant leur nom de famille commun.

Ingénieur Cadre […], vous avez oublié ces deux personnes…

Morgane sortit en trombe et, quand elle les vit, elle fut fort mécontente ! Elle appela alors l’Ingénieur Cadre Jason de statut Gamma –enfin disons qu’elle lui hurla de s’occuper de Garen et… Elle s’interrompit alors dans sa phrase et regarda le jeune garçon. Qui était ce ? Elle ne l’avait jamais vu ni ne se souvenait qu’on avait engagé quelqu’un comme lui… Elle resta ainsi coïte jusqu’à l’arrivée de l’Ingénieur Cadre Jason de statut Gamma. Alors, elle déclara dans un presque murmure :

Occupez vous d’eux…

Et elle s’en alla dans son bureau… Qui était ce garçon ? Elle éveilla son robot et lui demanda de faire une recherche parmi les employés à l’aide des images enregistrées de celui-ci. En attendant une réponse, elle s’approcha de la fenêtre et regarda, au travers du rideau barré, ceux qui s’étaient introduits dans son service en dehors de leurs heures de travail…


L’Ingénieur Cadre Jason de statut Gamma était le supérieur de l’équipe dans laquelle travaillait l’Ingénieur Harrington mais… disons le clairement : il ne le connaissait pas. Il ne savait pas même qu’il en était le supérieur jusqu’à ce qu’un de ses subordonnés le lui dise. D’un coté, il ne pouvait pas connaître tout le monde !

Ingénieur Harington, votre comportement tout à l’heure était odieux ! Depuis quand entrez vous comme cela dans le bureau d’une de vos supérieures ? Vous n’êtes pas le sauveur de la situation, loin de là !!! Vous devriez être heureux que nous nous soyons montrés si indulgent à votre égard ! Vous devriez être chez vous et je ne me souviens pas vous avoir fait appelé par nécessité de vos…
-Allons bon… allons bon…
-Ingénieur Cadre […] de statut Gamma, que faites vous encore ici ?
-Allons bon… allons bon… je vous regarde entraver vos petits subalternes…
-Entr… mes… Comment ça, « mes » ? Il n’y en a qu’un et…

Là, il remarqua le doigt… le doigt de son collègue qui pointait Karam. Bien évidemment, si l’Ingénieur Cadre Jason de statut Gamma ne connaissait pas Garen, il était dans l’incapacité de savoir si Karam travaillait ici également. Pourtant, il était sûr de ne jamais l’avoir vu… Car oui, ce visage si innocent, si jeune, si mignon… Il s’en serait souvenu ! Il adorait ce genre de visage car ils lui rappelaient celui des enfants qu’il aimait humilier à l’école… Pourtant, là… pas moyen de se souvenir de ce travailleur et quel dommage, il l’aurait prit « sous son aile » celui là.

-Votre nom ? demanda t il alors à Karam. Votre service au sein de Y-Tech ?

A ce moment là, le rideau bougea. Le seul Ingénieur de statut Gamma qui le remarqua était Merlin car, il connaissait sa fille et savait qu’elle faisait actuellement une recherche… Et son regard devint plus vif car le fait qu’elle n’ait fait aucun signe appelant à des certitudes indiquait surement que ses recherches ne donnaient… strictement… rien….


[hrp]Le premier à répondre choisit le nom […][/hrp]


Revenir en haut
Karam Tänsen


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 12
Code: 432-953-GG-A-832-X
Localisation: Imbroglio
Emploi: Etudiant en Art Religieux
Ressources: 15
Capacité: 1,25
Fiche Officielle: http://le-recueil.xooit.fr/t14-Karam-T-nsen.htm

MessagePosté le: Jeu 15 Aoû - 16:58 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

    Karam était un garçon bien élevé, bien obéissant. Ils s'en tint aux ordres de Garen. Restant dehors lorsqu'il le fallait, sur ses talons lorsqu'il se déplaçait, tout naturel, silencieux, comme s'il avait été le fils adoptif de Garen et que ce dernier l'emmenait au boulot. Sauf que le boulot de Garen, c'était un boulot auquel il n'aurait pas dû avoir accès. En dessinateur bien éduqué, il observait tout autour de lui, notant deux ou trois détails. Il avait cru comprendre que là, tout de suite, prendre des notes, c'était pas une idée en or, alors bon, tant pis, il ferait marcher sa mémoire, et mettrait dans son dessin plus de style que de réalisme. Ca plairait sans doute à Garen. Quelques effets pour le mettre en valeur, lui et son "héroïsme".
    Ah, il n'y avait pas à dire... Karam était quand même assez déçu du voyage. Il s'en rendit compte en attendant Garen. Au fond, c'était quand même trèèès... Commun, comme endroit. Les gens ressemblaient à des gens... Normaux. Et la mission de Garen, eh bien, on ne pouvait pas dire qu'elle était visuellement impressionnante. Bon sang, mais qu'allait-il pouvoir dessiner ? Il imaginait que Garen aurait une grosse machine à réparer, une conn'rie du genre. Mais bon, là, un dossier à apporter à qui de droit... Sans vouloir insulter Garen, même Zilwicki en aurait été capable.Enfin, presque. Enfin, j'en sais rien, sans bras c'est complexe, mais s'il a un port USB.15.0, ça peut se négocier. En s'adossant au mur, face au bureau de la direction, Karam fut surpris de ne pas voir Garen entrer et annoncer fièrement qu'il avait fait son devoir. Au lieu de cela, son camarade d'infortune lui demanda sa confirmation sur le côté classieux de la scène qu'il venait de vivre.
    Heum, c'est à dire que... Non, Karam n'allait tout de même pas lui dire la vérité. Ca allait le vexé, et un client vexé n'est jamais une bonne chose -surtout dans un lieu risqué. Mon apprenti artiste offrit un large sourire à son client du jour. Ce que ce dernier devait ignorer, c'est que le sourire était plus dû à une tentative de retenir un rire moqueur qu'à une réelle admiration.

"- La grande classe, oui ! "


    La porte s'ouvrit. La suite de l'histoire, Karam ne la comprit pas trop. Il y avait un homme, puis une femme, puis un homme, il ne connaissait personne, ils avaient tous l'air de savoir péter plus haut que leur fessier (signe distinctif des hauts-gradés), et de se connaitre entre eux. Quand le deuxième homme arriva, après le départ de la demoiselle, Garen se fit dignement remercier. Par une beuglante. Mon grand gamin dut redoubler d'efforts pour ne pas rire. Non, non, ce n'était pas drôle, pas du tout ! Quelqu'un rappelait à Garen qu'il n'était pas héroïque, CE N'ÉTAIT PAS DRÔLE. Alors pourquoi était-il prêt à rire ? Karam, un effort ! Pense à des enfants morts ! Ou, je sais pas, moi, aux scènes que tu as vues tout à l'heure !
    Ah, il pouvait remercier Jason, tout de même. Au moins il n'avait plus envie de rire. Plus du tout. Son sourire était tombé, et il dévisageait l'Ingénieur, la tête penchée sur le côté. Hm. Zut. Il était repéré. Et cet Homme n'avait pas l'air d'humeur à se faire tirer le portrait lui aussi. Zut zut zut. Le regard de Karam tomba sur le sol, durant ces quelques secondes qui lui servirent à réfléchir.
    Il pouvait dire qu'il était Victor. Seulement, son vrai nom allait être vérifié. Si cela arrivait aux oreilles de Garen, il était mort. Il pouvait aussi dire qu'il était Karam. Et là, c'était la crise tout de suite: Garen saurait... Il pouvait aussi se trouver un trou de souris, et s'y terrer. Mais quelque chose lui disait qu'il était trop tard pour faire quoi que ce soit. Désormais, seule son obéissance pouvait plus ou moins le sauver. Il ne leva pas les yeux. Il tendit son poignet, un peu. C'était un signe de soumission et de sincérité que de montrer ainsi son code-barre.

"- Karam Tänsen, "Victor" pour les amis. Je suis étudiant en art, serviteur de X." Il osa enfin lever les yeux vers son interlocuteur. "X m'a dit de venir ici. Il m'a dit que quelqu'un allait réaliser quelque chose à sa gloire, qu'il faudrait que je permette aux mémoires de s'en souvenir."

    Il se congratula, dans sa tête, d'avoir réussi à inventer un mensonge aussi construit en si peu de temps. C'est dingue ce qu'on peut faire, sous un coup de stress, avec notre pauvre instinct de survie. Bon, ç'aurait été encore mieux si ç'avait été un peu plus crédible, parce que bon, l'appel divin, ça faisait mille ans qu'on n'y croyait plus. Karam avait de la chance: il savait plutôt bien mentir. Sa bouille d'enfant lui donnait un air sincère, malgré son attitude qui laissait voir qu'il craignait tout de même une sanction. Il n'avait pas voulu accuser Garen, non... C'aurait été si bas, si ingrat.
    Il pria, sans mot dire, X. Qu'il lui pardonne, d'utiliser ainsi son nom, qu'il pardonne ce mensonge, qu'il protège Garen. Karam pouvait bien subir les conséquences de son courage, cela ne le gênait pas Il était un peu plus gêné si d'autres devaient également en pâtir.

*X, pardonnez-moi...*



   


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plume
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2013
Messages: 27
Ressources: 63
Capacité: 2,33

MessagePosté le: Ven 6 Sep - 10:41 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

Ingénieur Cadre Morgane de statut Beta
Ingénieur Cadre Merlin de statut Gamma
Ingénieur Cadre Jason de statut Gamma


L’ingénieur cadre Morgane de statut Beta observait le fichier quand tout d’un coup, une alerte sonna sur un air de victoire pendant quelques minutes. Le courant s’interrompit alors : quelques secondes où personne ne respirait, quelques secondes où tous les systèmes de la cité étaient éteints, quelques secondes qui pouvaient amener à une catastrophe si les fichiers ne revenaient pas. Heureusement, il n’y en eu aucune, mais elle ne le savait pas encore avant le retour de la lumière. L’ingénieur cadre Morgane de statut Beta remarqua cependant qu’étrangement, ses robots restaient éveillés, laissant une lumière blême autour d’eux. C’était la même chose à l’extérieur, mais elle ne put le remarquer car elle n’eut pas le temps de se lever que la lumière revenait. Cela voulait dire que les systèmes redémarraient normalement : tout était fini… la catastrophe du moins. Elle envoya alors une communication à l’Ynstitution puis regarda la découverte de son robot. Ses doigts se crispèrent et son expression de joie mua en une colère froide sans nom.

A l’extérieur du bureau, le jeune Karam Tänsen venait de présenter son code aux supérieurs de Garen. Bien évidemment, ceci était un acte de bonne foi et vous pouviez être sûr que les caméras permettaient désormais de le retrouver sans le moindre problème. Alors que l’ingénieur cadre Jason de statut Gamma regardait le gamin, l’ingénieur cadre Merlin de statut Gamma, lui, observait Garen. Il fut très surpris de remarquer que celui-ci semblait fort étonné et mécontent en même temps. Mais l’observation de l’ingénieur cadre fut stoppée par le noir ce qui l’ennuya : ce petit contre temps laissait tout plaisir au grand homme de reprendre ses esprits et sa neutralité.

Pendant les ténèbres, l’ingénieur cadre Jason de statut Gamma avait posé la main sur le vêtement de Karam et ne le lâchait pas. Dans la société, rares étaient les tentatives de fuites –surtout quand le code était connu- mais c’était en lui un vieux reflexe : ne pas laisser filer sa proie. Les chaines, les cordes… il n’y avait rien de mieux. Un frisson le parcourut et eu le temps de s’en aller juste quand la lumière revint. Tout d’abord, tous regardèrent l’heure dans un mouvement d’unité parfaite entre chaque employé. Puis, des hurlements de joies provinrent de tous les bureaux tandis que les employés s’applaudissaient. L’ingénieur cadre Jason applaudit également, oubliant à moitié son problème : à cet instant précis, il voulait profiter de la joie sans nom du travail bien réalisé. Il s’entendit prononcer de sa voix forte pour couvrir les bruits des félicitations à tous car tous, ici, avaient contribués au regain de sa vitalité de la société ! Ils terminèrent tous par hurler la phrase tant connue sur la société et les discussions se firent à nouveau plus calmes, avec une aura de joie.

Il ne faut pas appeler autant à la volonté de X, cela pourrait te poser des ennuis… déclara alors le vieil homme en se frottant les lunettes !
-NE LES LAISSEZ PAS PARTIIIR ! hurla alors l’ingénieur cadre Morgane en courant vers eux, son robot la suivant.

Une fois arrivée auprès d’eux, et l’ingénieur Jason s’était re-saisit du gamin- elle semblait exténuée. Fortement en colère, elle commença alors par :

Ce gamin n’est pas d’ici ! Il s’appelle…
-Karam Tänsen…
-Oui, et…
-Il ne travaille pas ici…
-… Vous savez déjà ?
-Allons bon, allons bon… c’est ce jeune garçon qui s’est lui-même présenté.

L’ingénieur cadre Morgane fulminait. Le rouge lui venait aux joues mais ce n’était point par timidité ! Loin de là, la haine s’était engouffrée dans sa gorge alors qu’elle voyait ses ennuis perdurer… Elle prit quelques secondes de silence pour se ressaisir et sa voix s’était calmée quand elle s’exprima alors. Pourtant, ses mains restaient fermées si fortement que ses articulations devenaient blanches. Elle aurait bientôt mal…

Ingénieur Harrington… Suivez moi dans mon bureau. Ingénieur cadre Jason de statut Gamma, amenez cet individu à l’extérieur : on l’y attend. Ingénieur cadre Merlin de statut Gamma, allez vérifier que tout est redevenu dans l’ordre.

Et sans plus un regard, elle se dirigea vers son bureau. L’ingénieur cadre Jason de statut gamma avait légèrement blanchi, car par on, tout le monde savait que cela désignait soit un membre de Z-Kill, soit de l’Ynstitution. Quel était le pire ? Peut être un mélange des deux. Il déglutina et lâcha Karam en se tournant vers la sortie. En passant devant une surface miroitante, il ne put s’empêcher de vérifier sa tenue et ses cheveux : oui… il était bien. Il ne perdrait cependant pas ce teint blême tout de suite. Il se tourna vers Karam et lui demanda de le suivre en se dirigeant, avec lenteur –tant l’envie lui manquait- vers la sortie. Lui-même trouvait ses pas lourds, comme s’il fallait plus d’efforts pour l’y amener… car sa propre vie était risquée : c’était un des chefs et il était rentré… il était rentré ! Des sueurs froides commençaient à perler de son front : il fallait espérer une faille à cause des problèmes du système pour expliquer son intrusion. Oui… l’espérer.

L’ingénieur cadre Merlin de statut Gamma sourit avec douceur en déclarant :

Et bien… voilà qu’à appeler la volonté X, ses serviteurs viennent en personne vous chercher… Je vous conseille de le prier intérieurement, jeune Tänsen. Ingénieur Harrington.

Il les salua et partit. Entre le dernier appel de l’ingénieur cadre Morgane de statut Beta et celui de l’ingénieur cadre Jason de statut Gamma pour que chacun les rejoignent, ils avaient bien eu une minute de solitude, tous les deux. Ce qu’ils s’étaient dit ? Aucun des ingénieurs ne pouvaient savoir : ils ne voyaient pas même leurs visages au point de ne point savoir si leurs lèvres avaient bougés.

Quand l’ingénieur cadre Morgane de statut Beta ferma la porte derrière l’entrée de l’ingénieur Harrington, son robot était déjà placé de façon à tout enregistrer de la discussion et des expressions et mouvements de Garen. Elle s’assit bien évidemment coté robot et, les doigts entrelacés, lui demanda une seule chose : de résumer la situation.

A l’extérieur, une délégation de trois membres de l’Ynstitution attendait patiemment l’arrivée du jeune homme.


Revenir en haut
Karam Tänsen


Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2013
Messages: 12
Code: 432-953-GG-A-832-X
Localisation: Imbroglio
Emploi: Etudiant en Art Religieux
Ressources: 15
Capacité: 1,25
Fiche Officielle: http://le-recueil.xooit.fr/t14-Karam-T-nsen.htm

MessagePosté le: Sam 7 Sep - 18:11 (2013)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens Répondre en citant

Jour. Nuit. La lumière s'éteignit d'un coup, et Karam en fut surprit, ce qui se traduisit physiquement par une inspiration soudaine, un peu plus forte. Bon sang, c'était quoi cette histoire ? Il était innocent, il l'avait dit ! A moins que... Que ce soit une punition ? Qu'il se soit brusquement endormi ? Nan, il y avait une lumière là-bas. Soudainement, une main sur son épaule. Cette fois, Karam sursauta, carrément, et laissa même échapper un petit cri. Il essaya, par réflexe, de repousser la main, jusqu'à ce qu'il comprenne que... Bah, c'était une main, et qu'il avait tout intérêt à cesser très vite son petit manège. Quand la lumière se ralluma, il avait donc les bras le long du corps, et l'air assez gêné.


"-Hum, désolé..."


Mais on ne l'entendit pas. Sa voix était cachée par les cris de joie. Quand ceux-ci se turent, il avait toujours les joues un peu rouge. Quand on lui fit la morale sur l'appel à X, il fronça les sourcils. Pour qui le prenait-il ? Bon sang, il avait quatre heures de théologie par semaine, il savait mieux que lui quand est-ce qu'il fallait appeler X ! Pour qui se prenait-il ? Enfin, il aurait tout le temps de lui expliquer sa façon de penser une autre fois. La femme de tout à l'heure revint, et se jetant vers eux comme s'ils avaient été des criminels (alors qu'il n'y a rieeeen de criminel à entrer dans un endroit où tu n'as pas l'autorisation. *kof kof*). Karam sentit à nouveau une main sur son épaule, mais en fut moins surpris, cette fois. Il se laissa faire, même s'il n'appréciait que peu ces manières. Croyait-il vraiment qu'il allait s'enfuir ? Ou bien ne savait-il pas qu'il avait passé ses 18 ans, qu'il n'était plus un enfant ? Bon, ok, sa barbe soyeuse et inexistante et sa petite taille pouvaient porter à confusion, mais QUAND MÊME, il aurait apprécié qu'on lui montre un peu plus de... D'il-ne-savait quoi, mais ce petit quelque chose qui empêchait les gens de mettre leurs mains sur les épaules de n'importe qui !
La discussion qui suivit entre main-sur-l'épaule et femme-folle-furieuse aurait pu être drôle. Aurait pu. Seulement, la femme était toute rouge, et cela faisait penser à Karam que les éléments qu'elle annonçait allaient lui causer plus d'ennuis que prévu. À Garen aussi, visiblement. Karam se mordit la lèvre. Ah. Zut. Karam n'emboita pas tout de suite le pas à "Jason", et resta un moment à regarder Garen, dans l'espoir qu'il puisse lire dans ses pensées. Il aurait pu y entendre "je suis désolé, je pensais pas qu'ils feraient ça, pourtant on a été sages, t'as bien vu, ils savent même pas que j'ai tenté de prendre des notes, j'espère que t'auras pas trop d'ennuis." Mais cela devait tout de même rester assez difficile à comprendre pour Garen. Finalement, Karam baissa les yeux devant la "réponse" de se dernier, et suivit Jézonne.

Il suivit les conseils de l'autre, là, le merle. Et, pendant tout le trajet qui les menait à l'extérieur, il avait sa main sur sa poitrine, ses doigts formant le signe de X. Ses lèvres remuaient sans qu'il en sorte le moindre son. L'Ynstitution l'attendait. Il ignorait ce qui allait advenir de lui. Il essayait de toutes ses forces de ne pas y penser. Il demandait pardon pour son erreur, pardon pour Garen, et il répétait cela, sans cesse, entre deux autres prières apprises par coeur. Enfin, X le connaissait, quand même, il était peut-être le seul dans cette foutue ville à croire vraiment en lui ! Personne d'autre ne pouvait croire comme lui croyait. Oh, ils pouvaient prétendre, ils pouvaient...

Et voilà. Ils étaient face à eux. Les trois membres de l'Ynstitution. Cela fit tout bizarre, à Karam. Il leur adressa un faible sourire, comme s'il les connaissait. Mais en réalité, c'était surtout qu'il trouvait cela cocasse. Tout ce cinéma, pour deux enfants. Lui et Garen n'avaient rien fait de mal, vraiment. Avait-il une tête de criminel ? De fou ? Non, il était juste un peu inconscient, et Garen un peu trop certain de son héroïsme.  Il se tourna vers, euh... Le gentil monsieur qui l'accompagnait, pour lui adresser un signe de tête, en guise de remerciement. Ceci étant fait, il se dirigea de lui-même auprès de la délégation qui l'attendait. Son coeur battait la chamade. Ne pas penser à la suite. Mais dans sa tête, déjà, il y avait des images, et de la peur. Une peur si forte qu'elle l'empêchait de laisser transparaitre des émotions, ou juste parler. Il avait les yeux un peu humides. Un demi-sourire crispé, triste. Il se laissa guider. Tendu. Effrayé.
 


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:33 (2018)    Sujet du message: Chapitre 1 : Sirens

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le recueil Index du Forum -> Yaxuna -> Y-Tech Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com